L'Abri du Marin

L'Abri du Marin, 19 Place Duquesne, 29900 Concarneau



|||::
L'Abri du Marin, 19 Place Duquesne, 29900 Concarneau

abri du marin Concarneau

Les abris du marin sont des lieux d’hébergement créés par Jacques de Thézac au début du xxe siècle dans des ports de Bretagne, principalement en Cornouaille au bénéfice des marins en escale, trop souvent contraints à passer tout ce temps dans les tavernes du port.

Son objectif était d’offrir aux pêcheurs des locaux sains, chauffés, confortablement aménagés, des salles de réunion et d’éducation : les « Abris du marin », inspirés des sailor’s homes britanniques. Il s’agit de maisons, situées sur le port, toujours peintes en rose, les Abris devaient être des cabarets modèles. De 1900 à 1933, onze « Abris du marin » sont implantés dans des ports du Finistère et un dans le Morbihan. Quelques autres furent construits par la suite. Quinze abris en tout ont été construits entre 1900 et 1952.

L’ancien Abri du marin de Concarneau, aujourd’hui auberge de jeunesse, est un bâtiment situé quai de la Croix, en face du Marinarium et de la station de biologie marine, sur la commune de Concarneau.

Cet abri est l’un des premiers du genre. Construit en 1901 sur l’impulsion de Jacques de Thézac, il fut vendu à la fin des années cinquante, les abris du marin ayant progressivement perdu leur intérêt pour les marins, du fait de l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Racheté par la municipalité de Concarneau, il fut transformé en auberge de jeunesse en 1959 et est géré depuis par l’Association départementale des auberges de jeunesse du Finistère.

L’Abri du marin de Concarneau est à ne pas confondre avec celui du Passage-Lanriec, construit quelques mois avant lui en 1901. L’Abri du marin du Passage-Lanriec a conservé son apparence et sa couleur originelles, ainsi que son appellation, ce qui peut entraîner une confusion entre les deux abris, depuis que la commune de Lanriec a été rattachée à Concarneau, en 1959.

Check-In Attendees
Méditations iodées et relaxation aux bols chantants